Totale actu foot, mercato, ballon d'or

fifa ballon d'or actualité euro 2016 programme foot programme foot
pub

Mauro Icardi

Parfois bloquer en sélection par des joueurs plus expérimentés, beaucoup de jeunes joueurs peuvent pretendre occuper les premiers rôles lors de la prochaine Coupe du Monde 2018 . Petite sélection exhaustive de 6 jeunes joueurs au potentiel important.

GIOVANI LO CELSO

Il n’est pas vraiment un attaquant, son champ d’action se trouve plutôt dans la dernière passe que dans le but mais c’est l’un des plus gros paris à venir en Europe dans le rayon des joueurs qui font la décision. « El Mono » (le blondinet) est un grand fan d’Angel Di Maria, dont il a suivi les traces en s’engageant à Rosario Central. Lucide et la tête sur les épaules, il salive à l’idée de rejoindre son idole à Paris et de prétendre faire partie des prochaines équipes inscrites au programme de la Coupe du Monde 2018. « Je suis loin d’être le même style de joueur qu’Angel. Je préfère évoluer dans l’axe, derrière le ou les attaquants, pour avoir un peu plus de liberté. » Il pourra toujours se rencarder auprès de Javier Pastore. Un pari pour Paris.

ARKUDIUSZ MILIK

Au moins, on ne risque pas de lui dire qu’il souffre des comparaisons. Depuis plusieurs saisons, il se révélait au Bayer Leverkusen et à l’Ajax Amsterdam. Son Euro a mis en valeur ses qualités d’attaquant complet. En juin, en France, il s’est montré plus performant que Robert Lewandowski à la pointe de l’attaque polonaise. Et puis, dans la foulée, le voilà qui relève un nouveau challenge : à Naples pour remplacer Gonzalo Higuain, rien que ça. Certains auraient pu trouver ça masochiste, mais pas lui. Déjà 7 buts en 9 matches. Un vrai Napolitain et surtout une confirmation de sa palette multitâches.

GABRIEL JESUS

Il fut, aux côtés de Neymar, l’autre grand artisan de la médaille d’or olympique du Brésil à Rio au mois d’août. Attaquant fin et diablement efficace, il est le grand espoir brésilien au poste de buteur, comme en attestent ses stats impressionnantes en 2016 : 15 buts et 3 passes décisives en 19 matches (14 en championnat, 5 en Copa Libertadores). Même pas peur, el Gab’. « Je suis très fier de rejoindre City qui est l’un des plus grands clubs du monde, mais aussi un manager fantastique, avec qui je vais apprendre beaucoup. » C’est vrai que ça promet. Et puis, avec un nom comme le sien, on peut risquer une petite pièce…

KINGSLEY COMAN

Blessé aux ligaments de la cheville en fin de préparation estivale, Kingsley ne traverse pas la période la plus faste de sa jeune carrière. Mis sur le gril au Bayern, il peine à retrouver la fraîcheur et surtout l’explosivité qui étaient les siennes et qui ont tout cassé la saison dernière. En le rappelant pour les deux matches d’octobre, Didier Deschamps lui a envoyé un signal fort : Coman fait partie des meubles aujourd’hui, en équipe de France. Il a eu du mal à digérer la défaite en finale de l’Euro contre le Portugal, mais il a 20 ans, alors ça pourrait passer pour une sélection au programme de la Coupe du Monde 2018 avec les hommes de Didier Deschamps.

KELECHI IHEANACHO

Son nom nous transporterait presque dans les îles du Pacifique, entre Hawaï et Wanuatu, mais le garçon, né dans l’État d’Imo au Nigeria est un pur produit de l’Académie de Manchester City. Au milieu de la pléïade, entre Agüero, Nolito, Sterling et tous les autres, il a pris ses quartiers au cours de la saison dernière. Mais il confirme surtout en ce début d’exercice, sous les ordres de Pep Guardiola : trois buts et trois passes décisives en 348 minutes, c’est ce qui s’appelle mettre à profit son temps de jeu. Il devient chaque semaine un peu plus qu’une solution de recours. Et autre chose qu’un sprinteur. Plutôt habile, le garçon.

MAURO ICARDI

Mauro Icardi est devenu une référence en Italie (63 buts en 129 rencontres de Calcio), ce qui signifie pas mal de choses quand on connaît le goût de la botte pour le buteur, sorte d’Avenger ultime au pays de la tactique et du vice défensif. Faut dire que l’Argentin de fait pas semblant. Ni sur les réseaux sociaux, où il allume régulièrement ceux qui ne l’aiment pas, un vrai attaquant 2.0, ni sur les pelouses, au coeur des défenses. On a parlé de lui en Premier League (et même au PSG, un peu) cet été. Il est toujours à l’Inter et ça se voit : déjà 6 buts en 9 matches depuis le début de la saison. Un pari mesuré, c’est vrai, mais on aurait presque envie de le voir ailleurs. Il a 23 ans, il sera bientôt temps.