Totale actu foot, mercato, ballon d'or

fifa ballon d'or actualité euro 2016 programme foot programme foot
pub

Papy Djilobodji

Pilier de la défense nantaise en ligue 2, Papy Djilobodji a confirmé pour sa première saison parmi l’élite. Dur sur l’homme et sans complexes, le sénégalais de 23 ans attise les convoitises. Le président Waldemar Kita veut le garder, pas étonnant…

Les divisions inférieures du foot français regorgent, on le sait, de joueurs capables de s’imposer au plus haut niveau si les clubs pros les repèrent et leur donnent leur chance. Ces dernières années, ce fut le cas par exemple de Mathieu Valbuena, passé par Libourne avant de briller avec les Bleus, ou encore d’Adil Rami, désormais au Milan AC mais longtemps défenseur limite anonyme à Fréjus. Au FC Nantes, la cellule recrutement toujours tourne à plein régime et on privilégie cette solution peu coûteuse. Avec le recul, on peut même dire que la relégation du club en Ligue 2 entre 2009 et 2013 a eu du bon pour certains Canaris actuels.

Le défenseur central Papy Djilobodji (1,93 m, 82 kg) fait partie de ceux-là. Le club ligérien lui a permis de mûrir en Ligue 2. Déniché à Sénart-Moissy en 2009, le Sénégalais de 25 ans a disputé 112 rencontres dans l’antichambre de l’élite (6 buts). Il a su se rendre indispensable dans l’axe de la défense nantaise, notamment à partir de sa troisième saison en Loire-Atlantique (72 matches de championnat entre 2011 et 2013). S’il a moins joué pour sa première année en Ligue 1 (28 apparitions, 3 buts), Djilobodji a formé une charnière centrale impressionnante avec le Vénézuélien Oswaldo Vizcarrondo. Puissant et agressif, il ne lâche rien dans les duels face aux attaquants, ce qui lui a d’ailleurs valu deux expulsions au cours de l’exercice écoulé.

Papy Djilobodji, on le surnomme « Ibrahimovic »

Le n°3, sous contrat jusqu’en juin 2016, n’a pas mis beaucoup de temps à s’adapter au plus haut niveau. Du coup c’était attendu , il est ciblé par les cellules de recrutement d’autres clubs, qu’ils soient français ou étrangers. Lors du dernier mercato hivernal, les observateurs de Chelsea l’auraient ainsi supervisé plusieurs fois. A l’époque, Waldemar Kita en attendait « au moins 20 M€ ». Aujourd’hui, le président du FC Nantes s’oppose toujours au départ de son stoppeur, qui suscite l’intérêt de l’OM. Pour faire au moins aussi bien que l’an passé, l’équipe ne peut se permettre de s’affaiblir, surtout en défense centrale. Le départ du buteur serbe Filip Djordjevic est déjà suffisamment handicapant. Cela ne contrarie pas Papy Djilobodji qui expliquait il n’y a pas longtemps : « Je ne peux pas me prononcer. Aujourd’hui, je suis Nantais. Après, on verra… Il s’agit de rester calme. Tout ce qui se passera derrière, je ne me concentre pas dessus. Il y a le président, Franck Kita ainsi que mes agents pour s’occuper de ça. Je n’ai aucun problème s’il faut rester, c’est clair. » Sûr de son potentiel, celui que certains Sénégalais surnomment « Ibrahimovic » préfère tracer son chemin sans se prendre la tête. « Sur un terrain, je ne fais pas de complexes, même si je dois croiser Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi », a-t-il assuré un jour. En le conservant, le FC Nantes peut voyager l’esprit tranquille.